Organisation ! Vous avez dit organisation ?

Organisation ! Vous avez dit organisation ?

1782
5
SHARE

Les organisations ne sont pas des sociétés en grandeur réduite. Ce sont des artefacts, des créations de l’homme pour l’homme. Elles n’ont rien de naturelles. Au contraire, elles sont artificielles ! Une organisation se forme dès que plusieurs personnes se regroupent pour faire ensemble ce qu’aucune d’elles ne peut produire séparément. C’est donc d’abord et avant toute chose une réponse à un problème : comment faire ensemble ce qu’aucun de nous ne peut produire seul ?

Deux mots-clés caractérisent  toute organisation. Action collective, d’abord ! Une personne seule ne constitue pas une organisation, il faut être plusieurs. Finalisée, ensuite ! Il n’y a pas d’organisation sans but.

Ne pas prendre la carte pour le territoire

Une organisation, c’est donc au premier chef un ensemble de personnes, ou de groupes de personnes, qui interagissent pour atteindre un but commun. Chemin faisant, par souci d’efficacité et d’efficience, ces personnes se dotent d’un cadre organisationnel, la partie formalisée avec laquelle l’organisation est trop souvent confondue. Ce dernier est composé de trois éléments en interaction.

schema63

Les personnes qui composent l’organisation vont définir, et éventuellement formaliser, le but qu’elles cherchent à atteindre ensemble pour le clarifier et mieux le partager. C’est ce que j’appelle le projet stratégique, premier des trois composants du cadre organisationnel.

Ensuite, elles se mettent d’accord sur le rôle de chacun : la structure organisationnelle. Si ensemble elles peuvent atteindre un but auquel aucune d’elles ne peut prétendre seule, c’est parce qu’elles se divisent le travail en fonction de leurs compétences respectives. Mais une fois divisé, le travail doit être coordonné pour qu’un but commun soit atteint.

Enfin, le système de management, troisième et dernier composant du cadre organisationnel, permet de mobiliser les compétences et l’énergie de manière à ce que les activités soient réalisées conformément à la manière dont elles ont été définies dans la structure organisationnelle, pour atteindre le but formalisé dans le projet stratégique.

Toute organisation est aussi une communauté

Au gré des péripéties de leur collaboration, les personnes qui constituent l’organisation produisent un système de références communes pour « vivre » ensemble. On l’appelle couramment culture d’entreprise. Ces références, prises pour argent comptant et rarement explicitées, constituent le ciment de l’organisation. Elles se traduisent par des principes de fonctionnement, moins décrétées par le « haut » que générées par le « bas ».

Ces références ont beaucoup plus à voir avec les valeurs dans les « murs » qu’avec les valeurs sur les « murs » des chartes. Ces références communes sont au cœur de l’identité de la communauté que constitue toute organisation. Elles dépassent chacun de ses membres et, ce faisant, explique que le tout, l’organisation, ne se réduit pas à la somme de ses parties, les personnes qui la composent.

schema64

    Au total, une organisation comporte trois étages :

  • Un cadre organisationnel, formel et délibéré ;
  • Un ensemble de personnes et/ou de groupes de personnes en interaction ;
  • Un système de références communes, prises pour argent comptant et largement implicites.

5 COMMENTS

  1. Un retour aux fondamentaux dans un langage aisément compréhensible, une belle synthèse !

    il me semble que le cadre organisationnel formel et délibéré, dans une entreprise « libérée » (l’entreprise de demain ?), sera sujet à évolution fréquente et formalisation a minima. Il sera toujours délibéré, mais surtout partagé et aménageable au gré des évènements inattendus. Est-ce aussi votre perception/intuition ?

  2. Bien sûr l’entreprise est une collectivité finalisée d’entités interdépendantes.
    Mais comment définir la finalité ? La finalité de toute organisation est de transformer les ressources fournies par d’autres entités (fournisseur, employés, actionnaires …) en produits/services utiles à d’autres entités (clients, société …). L’interdépendance est aussi vraie avec les ‘parties prenantes’ externes à l’entreprise. Et l’organisation sert à maîtriser les flux de ces transformations. L’entreprise sert donc à la création de valeur pour chacune des parties prenantes, impossible sans la collaboration à travers l’entreprise.

    Cette vision systémique change tout !

  3. […] Les organisations ne sont pas des sociétés en grandeur réduite. Ce sont des artefacts, des créations de l’homme pour l’homme. Elles n’ont rien de naturelles. Au contraire, elles sont artificielles ! Une organisation se forme dès que plusieurs personnes se regroupent pour faire ensemble ce qu’aucune d’elles ne peut produire séparément. C’est donc d’abord et avant toute chose une réponse à un problème : comment faire ensemble ce qu’aucun de nous ne peut produire seul ?Deux mots-clés caractérisent toute organisation. Action collective, d’abord ! Une personne seule ne constitue pas une organisation, il faut être plusieurs. Finalisée, ensuite ! Il n’y a pas d’organisation sans but.  […]

  4. […] Les organisations ne sont pas des sociétés en grandeur réduite. Ce sont des artefacts, des créations de l’homme pour l’homme. Elles n’ont rien de naturelles. Au contraire, elles sont artificielles ! Une organisation se forme dès que plusieurs personnes se regroupent pour faire ensemble ce qu’aucune d’elles ne peut produire séparément. C’est donc d’abord et avant toute chose une réponse à un problème : comment faire ensemble ce qu’aucun de nous ne peut produire seul ?Deux mots-clés caractérisent toute organisation. Action collective, d’abord ! Une personne seule ne constitue pas une organisation, il faut être plusieurs. Finalisée, ensuite ! Il n’y a pas d’organisation sans but.  […]

LEAVE A REPLY