Du leader au leadership partagé

Du leader au leadership partagé

3187
2
SHARE

La notion de leadership partagé a le vent en poupe. Elle est l’objet de plusieurs dossiers dont celui du numéro 547 de février 2014 de la revue Personnel auquel j’ai contribué avec un de mes clients. Pourquoi parle-t-on aujourd’hui plus de leadership que de leaders ? En quoi et comment peut-on envisager que le leadership soit partagé ? Tour d’horizon !

Le leader, d’abord !

Avant de s’intéresser au leadership, la littérature managériale s’est penchée sur le leader. Abraham Zaleznik, psychanalyste et professeur à la célèbre Harvard Business School, l’a différencié du manager à travers des prédispositions personnelles. Le manager vit en harmonie avec son environnement et n’a aucun mal à s’adapter aux évolutions. Pour le leader, au contraire, les choses ne vont pas de soi. Son existence est marquée par une lutte constante pour atteindre un certain sentiment de sérénité qu’il n’atteint d’ailleurs jamais complètement.

Le manager est capable de se fondre dans son environnement et, tel un caméléon, sait passer inaperçu. Le leader, lui, provoque des sentiments d’amour ou de haine, mais ne laisse pas indifférent. Il a la sensation d’être profondément « à part ». Le manager a besoin d’ordre et de stabilité, là où le leader est à l’aise dans des univers flous et incertains. Bref, il y a deux catégories de personnes : les managers d’un côté, les leaders de l’autre !

Du leader au leadership

Le passage du leader au leadership se fait par les approches centrées sur la compétence. Le leadership est une compétence, ou plus exactement un ensemble de compétences, que tout un chacun (y compris, donc, les managers) peut acquérir. C’est la position, entre autres de Warren Bennis, pour qui on ne naît pas leader, on le devient.

Quelles sont ces compétences ? Un leader est capable de :

  • définir une vision enthousiasmante du futur ;
  • communiquer de manière à capter l’attention et créer une communauté de compréhension ;
  • susciter la confiance par la constance et la fiabilité ;
  • avoir une image positive de lui contagieuse pour les autres.

Autant de capacités que l’on peut, au moins pour partie, acquérir !

Le leadership partagé

Mais la notion de leadership partagé prend tout son sens seulement quand il n’est plus appréhendé comme une compétence, mais comme une fonction. Pour John Kotter par exemple, également professeur à la Harvard Business School, la fonction de leadership est constituée de trois catégories d’activités : la définition d’une direction, l’alignement des salariés et, enfin, leur motivation. La définition d’une direction oriente le mouvement dans la voie appropriée, l’alignement amène le personnel à s’engager dans cette voie et la motivation insuffle l’énergie nécessaire à surmonter les difficultés rencontrées. Ces activités peuvent très bien ne pas être exercées par la même personne.

On peut du coup envisager le partage de la fonction de leadership entre plusieurs personnes. Y compris celles qui ne sont pas en position de management !

2 COMMENTS

LEAVE A REPLY