L’approche de la motivation par le contenu : première partie

L’approche de la motivation par le contenu : première partie

12452
4
SHARE

La motivation : ce qui me pousse à agir sans que j’y sois contraint. Oui, d’accord mais plus encore ! Il y a deux manières différentes mais complémentaires d’approfondir cette définition globale de la notion de motivation. On peut, d’une part, tenter d’apporter des éléments de réponse à des questions telles que : Qu’est-ce qui pousse à agir ? Par quoi est-on motivé ? De quoi est faite la motivation ? La notion de motivation est alors appréhendée à travers son contenu. On peut, d’autre part, chercher à comprendre comment fonctionne la motivation et ainsi l’aborder plutôt sous l’angle de son processus. Attardons-nous un moment sur le contenu, le processus sera l’objet d’un futur article.

La motivation : une force intérieure

Les théories dites du « contenu » définissent toutes peu ou prou la notion de motivation de la manière suivante : la motivation est une force intérieure qui résulte d’une tension liée à un ou plusieurs besoins non satisfaits et déclenche un comportement visant à le(s) satisfaire. Reprenons un à un les trois étages de cette définition.

La motivation est une force intérieure. Elle est liée à l’énergie que possède chacun d’entre nous. Ainsi n’y-a-t-il pas deux catégories d’individus : d’un côté ceux qui sont motivés, de l’autre ceux qui ne le sont pas. Tout le monde est « naturellement » motivé. Nous sommes simplement motivés par des objets différents. Ce qui nous différencie les uns des autres réside dans ce qui déclenche notre motivation, pas le fait que nous soyons motivés ou non.

Le besoin, source de motivation

La motivation résulte d’une tension liée à un ou plusieurs besoins non satisfaits. Chacun d’entre nous, en fonction de ses origines socio-culturelles, de son histoire personnelle, de caractéristiques psychologiques propres,… ressent des besoins. Ces derniers varient au fil du temps et évoluent en fonction des expériences. Un besoin est source de motivation en ce sens que, non satisfait, il se manifeste par une tension que nous cherchons à réduire, voire à faire disparaître, pour rétablir un équilibre. Cette tension est liée au décalage entre ce que nous souhaitons avoir et ce que nous avons ou entre ce que nous souhaitons être et ce que nous sommes présentement.

La motivation déclenche un comportement visant à satisfaire un ou plusieurs besoins jusque là non satisfaits. On dira qu’un comportement est motivé quand il correspond à nos motivations ou encore quand il nous procure une satisfaction, c’est-à-dire répond à un ou plusieurs de nos besoin(s). Ainsi, tout comportement au travail n’est pas forcément motivé. N’est en effet pas motivé un comportement qui produit des effets négatifs (insatisfactions) ou neutres.

Des typologies de catégories de besoins

A partir de ces éléments de définition, les théoriciens du « contenu » ont construit des typologies de catégories de besoins, sources de motivation. La plus connue et la plus utilisée revient à Abraham Maslow qui distingue les besoins :

  • physiologiques (manger, dormir, se loger, se chauffer,…) ;
  • de sécurité (se protéger des risques d’accident au travail, bénéficier de la sécurité de l’emploi,…) ;
  • sociaux (être en relation avec les autres, appartenir à un groupe, pouvoir échanger, s’exprimer, se faire entendre,…) ;
  • d’estime (être reconnu, aimé,…) ;
  • de réalisation de soi (devenir de plus en plus ce qu’on souhaite être ou ce qu’on se pense capable d’être, se sentir utile, servir une cause à laquelle on croît,…).

4 COMMENTS

LEAVE A REPLY