Le management, ça dépend !

Le management, ça dépend !

2218
4
SHARE

J’ai consacré trois précédents billets à peindre des profils de managers différents : le manager directif, convivial et contractuel. Ce sont des modèles qui n’existent pas à l’état pur dans la vraie vie. Ce sont plus des registres de management que des profils de managers. En effet, aucun manager n’est complètement directif, convivial ou contractuel. Son style est toujours une combinaison de ces trois registres de management.

Ce que style du manager veut dire

Le style du manager, c’est sa manière d’exercer la fonction de management. Il renvoie à sa « vision du monde », à son système de valeurs, de croyances et de comportements. Un style, c’est un « paradigme », c’est-à-dire un ensemble cohérent d’idées et de représentations concernant le management.

Le style d’un manager est toujours d’une combinaison des trois registres de management, chacun affecté d’un poids différent.

Un registre spontané, un autre contre-nature

Parce qu’il ne peut faire autrement que de s’adapter à la variété des situations qui s’imposent à lui, le manager est obligé de jouer sur différents registres. Or, les trois registres de management lui sont plus ou moins naturels et spontanés, c’est-à-dire que quand il adopte un comportement qui en est issu, le manager :

  • Est plus ou moins efficace et pertinent ;
  • Supporte un coût psychologique plus ou moins important.

Le manager, par ce qu’il est (sa personnalité) mais également au regard d’où il vient (sa trajectoire personnelle et professionnelle), dispose en général d’un registre de management de prédilection. Il doit cependant s’efforcer de développer et de remettre à niveau les deux autres, et notamment si c’est le cas, celui qui est contre-nature. Il s’agit d’élargir son spectre de comportements, d’étendre son registre d’expression pour pouvoir adopter, en fonction des situations, un style de management différencié.

Cela lui permettra d’atteindre le stade ultime du développement managérial, l’intégration, caractérisé par sa capacité à jouer sur des registres différents et adaptés à la variété des situations auxquelles il a à faire face dans l’exercice de sa fonction de management.

Du cercle vicieux au cercle vertueux

Un cercle vicieux guette chaque manager :

  • Éviter les situations qui requièrent de jouer sur le registre de management qui lui est le moins naturel, voire carrément contre-nature ;
  • Moins le registre est mobilisé, moins il a de chances de devenir spontané.

Le cercle vertueux consiste, au contraire, à ne pas fuir les situations qui requièrent de jouer sur un registre de management peu naturel voire contre-nature, éventuellement en mettant en place des stratégies de compensation, pour développer son agilité et sa flexibilité managériale.

Développer sa flexibilité managériale : un processus en 4 étapes

Pour développer sa flexibilité managériale, le manager devra :

  • Connaître son propre style ;
  • Savoir repérer le registre dans lequel il se situe ;
  • Connaître la correspondance registre de management / situation managériale, c’est-à-dire savoir quel registre est adapté à quelle situation ;
  • Etre capable de mettre en œuvre des stratégies de compensation pour adopter des comportements issus du registre contre-nature.

 

4 COMMENTS

  1. Bonjour et meilleurs voeux 2012
    plus que son style de management le manager à besoin de connaitre son style de personnalité qui en grande partie explique ses croyances, ses représentations, ses canaux de communication, ses besoisn psychologiques…
    Je pense qu’une formation de Manangement doit passer par une compréhension de son propre “Style”, MBTI, Process Com, Enéagramme,…
    Bien cordialement
    éric

  2. @ Eric : oui, un manager doit connaître son type de personnalité. mais aussi l’environnement au sein duquel il exerce sa fonction (la culture managériale de son entreprise, la nature de la relation qui le lie à ses collaborateurs,…). Finalement son style de management est bonne manière d’appréhender ses deux dimensions (prédispositions personnelles et situation managériale), non ?

  3. Bonjour Eric, et merci pour ces billets toujours très intéressants

    Il me semble voir des penchants privilégiés entre:
    – Management par les processus et manager directif
    – Management par les objectifs et manager contractuel
    – Management par les valeurs et manager convivial

    Peut on alors imaginer un manager “fonctionnel” pour le management par les compétences ?

    Très belle année 2012

  4. @ Joseph : j’aime votre correspondance. Je pense que le style convivial est adapté au management par les valeurs, mais également au management par les compétences. Qu’entendez-vous par management fonctionnel ?

LEAVE A REPLY